Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/79

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tant a au soir et au matin erré
A granz jornées et a malvès ostés,
500Qu’il est venuz a Loon la cité ;
Si descendi soz lo pin, au degré.
L’emperere ert de son mangier levez,
Il apela sa jent et son barné :
« Seignor, » dist il, « un petit m’entendez.
505« Je m’esmerveil d’Aymeri lo barbé
« Et de Gautier qui tant a demoré. »
Ez lo mesaje enz el palès monté :
Li rois lo voit, grant joie en a mené :
Son destre bras li a au col posé,
510Lez lui l’asist el faudestué doré,
Cortoisement l’en prist a apeler :
« Sire fillex, un petit m’entendez ;
« Com se contient danz Aymeris li ber ?
« Puet il or mès ses garnemenz porter,
515« Espée ceindre ni en cheval monter ? —
« Par mon chief, sire, ja orrez verité :
« Par moi vos mande saluz et amisté,
« Et si vos prie por sainte charité
« Que vos l’aliez veoir et esgarder
520« A tot .xx. mil de chevaliers armez :
« Congié vuelt prendre a vos et a vos pers,
« Car il se muert, en li a deviné,
« Uns siens juïs qui est des arz parez.

    — 500 A B que venus est. — 501 C Et d., D Il d. — 502 A B Li empereres est du m., C L’emp. est. — 503 Si apela, D Il en apele. — 504 C fet il, envers moi entendez, B petit entendez. — 505 C Molt me m., D Je me merveill de Naymeri le ber. — 506 C qui ont t. — 507 C el palès est monté, D Est lo mesage qu’est o p. m. — 508 A B qui joie en, D le vit. — 509 C jeté. — 512 C entendez. — 514 A B mes plus. — 515 A B et el destrier m., D2 et en cheval. — 516 A B Sire par foi, C n’orrez v. — 517 C Il vos mande s. — 518 A B D2 mande. — 520 C .xm. de c. — 521 D Por congié par lui et a ses p. — 522 A B l’en. — 523 C .I. sajes clers, D2 qui est en la cité.