Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

475Et la contesse ou il n’ot qu’enseignier.
Mes entr’els .ii. i ot petit mangier
Car fierement se dotent.

XXII[1]

Quant ce fu chose que Franc orent disné,
Tréent les napes, s’ont lo vin demandé.
480A henas d’or lor a l’en aporté.
Quens Aymeris a Gautier apelé
Qui lo mesaje lor ot dit et conté :
« Biau sire niès, un petit m’entendez ;
« A Looys mon seignor li direz
485« Que je li mant saluz et amistez,
« Et si li pri por sainte charité
« Que il me viegne veoir et esgarder
« A tot .xx. mil de chevaliers armez :
« Congié penrai a lui et a ses pers,
490« Car je me muir, l’en le m’a deviné,
« Uns miens provoire qui est des arz parez. »
« Volentiers, sire, » ce dist Gautiers li bers.
Ses armes crie, l’en li a aportez,
El destrier monte quant il fu adobez.
495Par mi la porte issi de la cité,
Broche Bauçant par andox les costez,
Et il li va coranz et abrivez.

    — 475 C Et Hermanjart, D o n’ot que ansegnier. — 476 A B i out petit m., C porent petit m., D ot molt petit m. — 477 A B Car forment se redotent, C Car durement se d.

  1. XXII. C rime en ez. — 478 A B Quant vint a ce que F., C que il orent d. — 479 A B le vin ont demandé. — 480 C copes d’or. — 481 D Dant Nai. — 482 D li ot. — 484 C D en irez ; C ajoute : Et li dites, gardez ne li celez. — 485 D et a son parenté. — 487 D aider an son regné. — 489 C veuil rendre, D mes pers. — 491 omis dans A B. — 493 D an li vet ap. — 494 A B Et puis monta el destrie abrivé. — 495 D les portes. — 496 A B Bauchant brocha. — 497 omis dans A B.