Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Très devant moi a la terre cochier,
« Si me besoit et les mains et les piez,
« Tot entor li glatissoient li chien
365« Et demenoient joie. »

XV[1]

« Oez, seignor, » dist Aymeris li frans ;
« Une autre chose me revint en senblant :
« Dame Hermanjarz o lo cors avenant
« Ert tote nue soz ce pin verdoiant ;
370« Tote estoit noire, mès un bras avoit blanc.
« .II. noires choes li venoient devant
« Qui li donoient sopes de fer en sanc
« Et la contesse les manjoit en plorant,
« Et la menoient droit a un feu ardant,
375« Enz la voloient jeter de maintenant :
« Ses filz Guiberz i venoit apongnant
« Ques ocioit a l’espée trenchant,
« A la contesse donoit un mantel blanc.
« Lors fenirent li sonje. »

XVI[2]

380En la cort ot un juï Saolin :
Sajes hom fu et de grant sens porpris,
Il ot un livre paré de toz latins

    — 362 A B Par devant moi. — 363 C Si me lechoient. — 365 A B Qui d., D Et menoient grant j.

  1. XV. C rime en ant. — 367 A B par devant. — 369 A B Si estoit nue, D Sod ce pind la devant. — 370 A B et un b., C Tote fu n. — 371 A B D choses. — 372 D d’acier. — 374 C Puis la. — 376 A B i aloit tost poignant, C Guiberz ses f. i ven. acorant. — 377 A B Occioit les. — 378 C dona, omis dans B. — 379 A B Si f., D Dont f.
  2. XVI. C rime is. — 380 D .I. giuif molt sotis. — 381 omis dans A B. — 382 A B Un livre ot, C Qui estoit sajes, escotez et apris.