Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XII[1]

— Seignor baron, » dist Aymeris li frans,
Li riches quens, li hardiz, li vaillanz,
« Je ai tel mal onques mès n’oi si grant
« Ne ne me puis remuer tant ne quant. »
300Gautiers de Termes, et li preuz Guinemenz
Et Hermenjarz la contesse avenant
Aymeri liévent en son lit en seant
Et li apoient les costez et les flans
De moles coutes volsés de pailes blans
305Et si l’afublent d’un mantel avenant,
A listes d’or furent conjoint li pan ;
.XIIII. pierres ot el tassel devant
Qui plus reluisent que chandoile ardant.
« Seignor baron, » dist Aymeris li frans,
310« Tel poor ai que toz li cuers me ment :
« Un avison me vint ore devant :
« De vers Espaigne venoit un feu ardant
« Qui mon païs aloit tot esprenant ;
« Devant aloit .i. noirs oisels volanz,
315« Granz come bues estoit en son estant,

  1. XII. 297 A B li hardis combatans, D ajoute : Et le mellor de cest siecle vivant. — 298 A B Je ai un mal que onques n’oi si grant. — 299 A B Si ne, C Que ne.. ne tant ne q., D mouvoir tant ne q. — 300 A B Joscelins, C et li preuz G. — 301 A B o le cors av. — 302 A B Conte Aimeri, lievent en son seant, C Lo conte l. — 303 A B Si li a, C lo costé et lo f., D Bien li ap. — 304 A B fetes de bonguerant. — 305 D I l’afublerent d’un m. — 306 A B couvert. — 307 A B .xv. pierres, C D Quatre p.... tassel par d., D es tasiax. — 308 A B Et reluisoient comme. — 310 D J’ai tel poor toz li cuers m’en esprant, C toz me fremi li sans. — 311 D en semblant, C ajoute : Ce m’est avis, oroiz, en mon dormant. — 312 A B Que de Esp. issoit, D aloit. — 313 C mon pales, A B m’aloit tout embrasant. — 314 A B un grant oisel, C un fier oisel, D venoit. — 315 C et fet de tel semblant, D en lor semblant.