Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/7

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

livre d’Aimeri en racontant ses dernières batailles, sa fin et celle de quelques-uns de ses fils.

L’auteur du poème semble avouer lui-même cette préoccupation de raconter le dénouement de la légende d’Aimeri, au début de son poème, par exemple. Écoutez, dit-il

Coment les jestes vindent a decliner,
Les ancienes dont l’en soloit parler ;
C’est d’Aymeri de Nerbone lo ber… (v. 4-6.)

Et ailleurs, après le récit d’une dernière victoire de son héros :

Or recommence bone chançon nobile,
Si com barnaje se amonte et decline
Et d’autre part essauce et puis avile.
Ainsi reprist danz Aymeris sa vile… (v. 2941-2944.)

Dans un de ses nombreux recommencements où, suivant un usage fort en vogue chez les trouvères épiques, il annonce les événements qui vont suivre, l’auteur se plaît à rappeler la gloire passée, et pour ainsi dire à résumer la carrière du héros dont il va raconter la fin :

Seignor, oez chançon de verité,
Bone et bien fete, nus ne la doit blasmer.
Il est escrit el role et seelé,
Ce fu li hom de la crestienté
Qui toz jorz pot plus barnaje mener
Et qui plus pot chevalerie amer,