Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Aymeri sire, dels est que vos morez !
« Bien deüssiez encor a nos parler
« Et une fois de vos euz regarder
210« Et lo barnaje de ceenz conforter :
« A toz jors mès nos en fust plus soef.
« Mort car me pren, ne m’i lesse durer.
« Dès que je pert lo conte naturel,
« Si decline barnaje ! »

VIII[1]

215Gautiers se pasme ; dame Hermenjarz s’escrie,
Ront ses chevex et sa robe descire,
Si se clama dolerose, chetive :
« Aymeri sire, franc chevalier nobile,
« Vos vos morez, dont c’est dolor et ire ;
220« Hui est li jors que barnaje decline :
« Si pert son los flor de chevalerie,
« Ja mès par conte n’estra si essaucie ! »
Desus Gautier chiet pasmée sovine.
.C. chevalier par lo palès saillirent
225Qui a lor bras la lievent et sotindrent.
Li dels del conte et de la dame riche
I fist plorer maint fil de palazine
En la sale a Nerbone.

    — 207 D gentil quens naturez Vos vos morez, c’est dolor et haster. — 208 A B biau sire a nous p., D ensemble o n., C a moi. — 211 A lor en f., B l’on en f. — 212 A B ne me fais plus d. — 213 A B Puis que je p. — 214 C Bien decline b.

  1. VIII. C rime en ie. — 215 A B et H. — 216 A B Et ses cheveux et sa robe deschire. — 217 C D Si se claime, D maleure. — 218 B Sire A., ce vers manque dans A. — 219 D Quant vos m. c’est d. et martire. — 220 A empire, B espire. — 221 A B pris de ch. — 222 D n’ert si bien encherie, C n’i sera esbaudie. — 223 A B est cheoite s. — 225 A B la leverent et tindrent. — 226 D dame fine. — 227 A B tant.