Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/63

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
VI[1]

Gautiers de Termes descendi au perron,
Au sicamor, lez lo dois del lion ;
A un branche pent son escu roont ;
Les autres armes a mises environ,
135Et aresna Bauçant lo coreor.
Si est venuz en la sale maior
Ou se seoit Aymeris li contor
Dedenz un lit, d’arjent sont li crepon
Et de roje or sont li pomel d’entor,
140Et furent tuit d’ivoire li limon,
Totes les cordes de vermeil soie sont :
Coutes i ot ne sai o .iv. o .ii.
Et traversiers et linciex et velox,
Et orilliers et martrin covertor
145Point a oisiax, a bestes et a flors.
Iluec se gist Aymeris li meillor
Qui onques fu jusque en Inde maior.
Cil chevalier lo plorent tot entor ;
Dame Hermenjarz se pasme de dolor ;
150Sovant regrete Aymeri son seignor :
« Hé ! riche conte vaillant de grant onor,
« Quant vos morez c’est domaje et dolor !
« Haï barnaje ! com fallez hui cest jor,
« Chevalerie pert los et bruit et flor.
155« Que ferai, dolerose ? »

  1. VI. C rime en on. — 132 C Si atacha son destrier arragon. — 134 A Et ses armes, B Toutes les a. — 138 A B Desus. — 140 C D’un os d’yvoire estoient li limon, D A blanc yvoire furent fet li l. — 141 A B Et les cordes de rouge soie sont. — 142 D quatre o dos. — 143 D En t. — 145 D painz fu a or, A B as bestes et as f. — 146 A B ilueques g., D li contor. — 147 D Li miexdres est que l’an seüst nul jor ‖ Blanche ot la barbe et le chief comme flor. — 148 D maint ch. — 151 B riches contes, D grant amor. — 152 D Vos vos m. — 154 D pert son bruit et sa flor.