Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ja nuls de vos ne convient remuer ;
« J’irai tot sol lo mesaje conter
« Au seignor de Nerbone. »

IV[1]

Gautiers en vet, congié a pris au roi,
110Ses garnemenz a trossez entor soi,
Bauçanz li anble docement sanz desroi,
Passe les terres, les bois et les marois,
Les eves rades qui corent par destrois.
Tant chevaucha et au main et au soir,
115Nerbone vit ou Aymeris estoit
Que tuit si home plorent.

Quant li mesajes entra en la cité,
De totes parz oï la jent plorer
Et Aymeri lor seignor regreter :
120« Filz de baron, jentils quens naturels,
« Tant nos avez tenuz en grant chierté :
« Or vos morez, ce est dels et pitez.
« Hui est li jors que barnaje est remez
« Ne il n’est hom qui l’en puist destorner.
125« Qui tels est or chevaliers adobez
« Jusqu’a un an sera boviers clamez ;
« A la charue le covendra aler,
« Son destrier vendre et avoine achater. »
A ces paroles en chiéent .x. pasmé
130Por Aymeri lo conte.

  1. IV. — 109 A B s’en part, si prist c.
  2. V. — 121 omis dans A ; B Vous nous avez ci nourris en c. — 122 A Vous vous morés.