Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A beles armes et a destriers de pris
« En sa conpaigne de chevaliers .x. mil.
80— Volentiers, sire, » Gautiers li respondi,
« J’irai sans plus atendre. »

III[1]

Li preus Gautiers en vint a son ostel,
Ses armes rueve, l’en li va aporter.
Il vest l’auberc qui fu au roi Lambé,
85L’elme laça ou l’escarbocle pert
Si que par nuit rendoit tele clerté
.M. chevalier en voient asez cler ;
Il çaint l’espée a l’aufaje Barbé ;
L’escu li ont si chanberlanc livré,
90Tarje roonde que l’en soloit porter ;
La lance roide et l’espié noielé,
A .v. clox d’or lo confanon fermé.
Bauçant li ont en la place amené ;
A grant merveille estoit bien atornez,
95Bele ert la sele que el dos ot fermé,
Li arçon sont a cristal noielé
Et les .ii. auves d’ivoire d’otre mer,
La coverture de brun paile roé ;
Mieudre destrier ne covint demander
100Por corre tost ne por soef aler.
Gautiers monta, a estrier n’en sot gré ;
.X. chevalier se corent adober
Qui avuec lui en voloient aler.
Gautiers cria : « Seignor, ne vos movez ;
105« Par cele foi que je doi Deu porter,

    — 80 A B Molt volontiers G.

  1. III. C rime en a. — 83 B lia a. — 85 B ert. — 80-101 omis dans C. — 94 A A merveilles e. — 97 A B Et les auves. — 101-103 omis dans B.