Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/59

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Ce fu en mai que l’en dist en esté ;
Fuellissent bois et raverdissent pré
Et totes eves revienent en canel,
20Danz Aymeris de Nerbone li bers
Seult adès fère les quintaines lever,
Mès or se muert en sa bone cité.
A Pentecoste, a une feste anuel,
Granz fu li cors a Loon la cité ;
25Asez i ot et demaines et pers.
Un diemenche au soir, après soper,
S’est l’emperere en son estant levez :
Si apela sa jent et son barné :
« Seignor, » fet il, « un petit m’entendez.
30« Ici vos ai par devant moi mandez.
« Venu i estes, si vos en sai bon gré.
« A ceste feste me soliez enorer ;
« Corone d’or i soloie porter,
« Et hui encores m’est il renovelé :
35« Vos me soliez tenir en grant chierté,
« Mès or sui vilz et entre piez botez,
« Or me lessiez gerroier et foler :
« Hues Chapez m’a malement grevé,
« Arse a ma terre et mon païs gasté,
40« Et mes chastiax peçoiez et robez ;
« De ci as portes de Paris est alez ;
« Prise a la proie par devant la cité.
« Grant honte fètes se vos l’i consentez ;
« Homes parjures vos en puis apeler.
45« Mès une chose ai je or en pensé
« Que je ferai, qui ne puet demorer. »
Prent la corone qui molt fist a loer

    — 25 B et de pers. — 30 C Ge vos ai ci et semons et mandez. — 31 A B et je vous en sai gré. — 34 A B Et encores. — 36 C Mès or sui veuz et chanuz et barbez. — 39 C Qui a ma t. — 41 A B jusques. — 42 omis dans C. — 45 A B ai je en p. C en ai or.