Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

C

Auquaires broches, li filleus Ay.
Qui l’oriflanbe paumoia et brandi ;
Mainte viele le jor i retenti,
De maint oisel i oïst en lo cri :
Chante li melles avueques li mauviz,
Jais et calandres chascun s’i esjoït.

D

Aucaire broche, le fillell Nameri
Qui l’oriflanbe palmoia et brandi ;
Mainte viele i oïssiez tantir,
De tant oissiax i oïssiez le cri :
Chante la melle, la turtre et la malviz
Jais et calandres, chascun an son latin.

A B

Aquaires point li fillex Ay.
El premier chief l’oriflanbe brandi ;
Mainte viele i oïssiés tentir,
De mains oisiaux i oïssiés le cri :
Chante la merle et chante li mauvis,
Et autre oisel, chascuns en son latin.


En résumé, les mss. C et D ont un et peut-être deux passages remaniés qui se trouvent dans tous les mss. qui nous ont conservé la Mort Aymeri, deux parties communes également refaites, et enfin chacun