Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et cil dient : « Nos l’otroions assez,
« Que or en fetes totes vos volentez,
« Sire amiral de Perse. »

AB.

« Seignour, » dist il, « un petit m’entendez,
« Par Mahom quel conseil me donez ?
« Je le ferai devant moi aporter
« Et jurerai dessuz, se vous volez,
« Que Ay. ne sera ars el ré ;
« Et quant saisi serons de la cité,
« Si le ferai en Espagne mener,
« En Babiloine l’amirable cité
« Et en la chartre trebuchier et jeter ;
« A feu grezois le ferai alumer
« Toute la boche et le vis et le nés. »
Et il l’ont dit : « Nous l’otroions assez
« Or an fetes toutes vos volentés,
« Sire amiral de Perse. »

Signalons encore dans quelques couplets où les finales an, en sont entremêlées, la réduction de ces dernières en an, dans le ms. D.

Laisse xii.ABTel poor ai que toz li cuer me ment.
D............m’en esprant.
ABclocher Saint Vincent.
D..........Saint Jehan.
Laisse xvii.ABFais departir ton or et ton argent.
D...........l’or fin et l’argent blanc.
ABDone le tost por Deu omnipotent.
D...............le roiamant