Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

coup moins caractéristique pour C et D que pour l’autre groupe : ainsi il n’est pas absolument certain que les quelques vers manquant à CD, aient été dans l’original, et de même le choix des leçons de AB de préférence à celles de CD, est plus douteux ; citons cependant comme des lacunes à peu près certaines dans le texte de CD, les vers 1686, 2901, et comme exemples de mauvaises leçons dans les mêmes mss., les vers 302, 1920, 2333. Quoiqu’il en soit, les très nombreux passages dont nous venons de parler, où C et D ont subi un remaniement commun, établissent de la façon la plus certaine leur dépendance d’un ms. y, distinct de l’original.

Non seulement x et y ne sont que des copies dérivées de o, mais il est certain qu’il a existé entre ces deux mss. et l’original au moins un intermédiaire. Nos quatre mss. contiennent en effet quelques passages portant des traces évidentes d’un même remaniement. Nous nommons o le ms. déjà remanié, d’où dérivent tous les mss. de la chanson de la Mort Aymeri maintenant connus ; on peut même distinguer dans ces passages altérés communs à tous nos mss., l’œuvre d’au moins trois remanieurs ; o représenterait alors, non plus le ms. que nous essayons de reproduire, mais une succession de trois mss., dérivant l’un de l’autre ; ce fait n’a d’ailleurs aucun intérêt pour la critique du texte. Un premier remaniement se remarque dans la laisse ix ; les passages qui la précèdent ou la suivent, ne semblent pas remaniés, dans AB, et par conséquent dans o ; or, au milieu de ce couplet, on lit une tirade de 34 vers exactement rimés en on, à l’exception d’un