Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

N’ot a cel tens ne baron ne marchis
En tote France qui si fust poestis.
Si ot lo roi si de guerre entrepris,
Q’avoir voloit la terre et lo païs
Et estre rois et del regne sesiz ;
Si avoit ja viles et chatiax pris
Et tant avoit ja maté Looys
Qu’issir n’osoit des portes de Paris
Et bien cuidoit li bon rois seignoris
Qu’il perdist la corone.


D. — D désigne le ms. du Musée britannique, coté Harl. 1321[1].

C’est un grand in-4° sur parchemin, de 214 feuillets, écrit sur 2 colonnes de 40 vers chacune. Il a dû être exécuté à la fin du xiiie siècle. Il est mal écrit et les fautes y sont innombrables ; c’est, de nos mss., le plus mal exécuté.

Les feuillets ne se suivent pas en ordre régulier ; ce qui rend assez difficile de distinguer les différentes chansons entre elles. De plus un certain nombre de feuillets sont perdus. Voici la liste des poèmes :

Girart de Viane. Le premier feuillet manque. Le poème commence : Filz, dist li pere, je vos dirai encors.

Aimeri de N. f. 35, vo. b.

Département des enfans Aimeri. f. 66. Même rédaction que celui du ms. 20. B. xix.

Siège de Narbonne, f. 86.

Siège de Barbastre, f. 118 à 133, 166 à 181, 150 à 165, et enfin 208 à 214.

  1. Fr. Michel, loc. cit.. p. 115.