Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

F. 39 d. Aimeri de Narbonne.
F. 66 a. Departement des enfans Aymeri.
F. 86 c. Siege de Narbonne.
F. 110 d. Siege de Barbastre.
F. 152 b. Guibert d’Andrenas.
F. 166 a. Mort Aymeri de Narbonne.


Le dernier couplet de Guibert d’Andrenas, dans ce ms., a été refait pour annoncer la Mort d’Aymeri.


Dedenz Nerbone fu li quens Aym.
Et Hermenjarz la contesse jentils
Et ses fillex de cui il fu serviz.
Avuec els ot molt po de lor amis,
Molt fu li quens soventes fois pensis,
Quant en Nerbone remest si escharis.
Einsi i furent après v. anz ou vi.
Que il ne virent gaires nul de lor filz.
Si fu li quens molt vielz et afebliz ;
Ne se pot gaires aidier li quens jentils
Qui plus avoit de vii xx ans et dis.
Molt bien le sert ses fillex Aymeris
Cui il avoit doné tot son païs,
Tant quant. i. max est à Ay. pris
Si con Deu plot lo roi de paradis ;
Ne pot lever ne par nuit ne par dis,
Forment en plore Herm. la jentils :
Car ele quide que ja n’eschapast vis ;
Si n’estoit molt troblé tot le païs ;
Et d’autre part estoit molt entrepris
En doce France li fors roiz Looys
Qui molt avoit de cruels enemis,
De tex don il deüst estre serviz ;
Mès en France ot. i. haut baron de pris
Hue Chapet ot non, ce m’est avis
Riche d’avoir et enforcié d’amis.