Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Voici le couplet qui précède notre poème :


En l’abbeye Rainouart demora,
Molt longuement y fu et sejorna ;
Chascuns des moines si forment le douta
Que volentiers ses bons li otroia
Et le servi et honneur li porta.
Plus n’en dirai ; mais a qui il plaira,
Ens en ce livre, l’estoire trouvera
Des grans travaus que il puis endura.
Or entendez, pour Dieu qui tout crea,
Bone chançon, tele n’oïs (sic) pieça,
Comment li rois qui France gouverna,
Fu a Loon ou ses barons manda ;
Moult en y vint et molt en demora ;
Un en i ot qui petit le prisa.
Ains jure Dieu qu’il le corroucera ;
Hues Chapès, ainssi on le nomma.
Riches homs fu et si grant gent mena
Que Looys par force guerroia
Et de sa terre li arst et essilla.
Li roys trouva qui petit li aida,
Car des preudommes si petit adaigna
Que a sa court molt peu en repaira.
Li rois se doute et moult grant paor a
Que sa couronne ne perde et ce qu’il a.


À la fin de la chanson on lit :


Oy avez d’Aimeri le baron
Et de Bernart qui ot cuer de lyon
Et de Guerin qui fut de grant renon,
Comment il furent mis a destruccion
Et .x. m. autres dont ne fas mencion,
Des Sagitaires qui estoient felon.
Et d’Ermengart a la gente façon