Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tons ne se trouve que dans deux de nos manuscrits et est évidemment interpolé.

Nous n’avons relevé dans notre poème aucun indice qui permette de déterminer la date ni le pays où il a été composé ; on trouve, il est vrai (v. 1331), une invocation à saint Pol de Valcois et il existe une localité de ce nom en France [1] : la mention d’un village aussi peu connu, pourrait servir à déterminer assez exactement la région où aurait été composée la Mort Aymeri ; mais on trouve déjà ce nom souvent mentionné dans des chansons de gestes antérieures ; ainsi dans la Prise d’Orange :


Trestuit li home dusqu’as porz de Vauquois.

(V. 1136, éd. Jonkbloet.)

C’est donc à un poème plus ancien que l’auteur de la Mort Aymeri a emprunté ce nom de lieu que le besoin de la rime seul lui a fait choisir.

Aucun indice ne permet de dater la Mort Aymeri ; M. Paulin Paris, dans l’Histoire littéraire, xxii, p. 501, et M. le marquis de la Grange, dans son édition de Hugues Capet, p. xliii et ss., ont cru pouvoir fixer la date de sa composition à la fin du xiiie siècle et même au xive siècle. Nous croyons qu’il faut reculer cette date plus loin et la fixer vers la fin du xiie siècle ; c’est l’étude de la versification et de la langue qui permet d’arriver à cette conclusion.

La Mort Aymeri est en vers décasyllabiques avec

  1. Vauquois (Meuse)