Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/224

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ne si ami ne si apartenant,
Ainz lo conroient et bien et richement
Et enbasmerent de basme et d’oignement,
En cuir de cerf cosu estroitement ;
3910Covrent lo conte d’un paile d’Orient
Et a Nerbone l’enporterent sa jent
A Hermenjart la contesse vaillant.
Biax sire Dex, voirs pere tot poissant,
Quant el savra ce domaje pesant
3915Del jentil conte qu’ele avoit amé tant,
Molt avra bien Jhesu Crist a garant
Se de duel ne chiet morte.

CXXIX[1]

Quant enterré sont li baron de pris
Et enbasmez fu li quens Aymeris,
3920Li franc baron l’ont en litiere mis,
Sor .ii. chevax l’enportent li marchis.
Auquaire lessent por garder lo païs ;
Mès en sa terre vet Joifroiz de Paris,
Si enmena la pucele jentil,
3925Cele qui l’ot fors de la chartre mis
Et lo messaje porta roi Looys :
O lui l’enmoine Joifroiz en son païs,
Si l’esposa si com li ot promis.
Et li baron n’i ont plus terme quis,
3930D’Esclabarie partent, s’ont congié pris ;

    — 3908 A B d’un molt bon o., C enoistrent. — 3909 A B couvert molt richement, B noblement. — 3911 D Car a. — 3913 C rois celestre poissant, A B pere omnipotent. — 3915 A B Du vaillant conte, C Del franc c. — 3916 A B El avra bien. — 3917 A B Se ele ne c. morte, C ne s’acore.

  1. CXXIX. — 3922 C a garder. — 3923 C En sa terre. — 3924 D au cler vis. — 3927 A B C Si l’enmoine, B enmena. — 3929 A B lonc l. — 3930 C De Tabarie.