Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

3755En perdurable vie.

CXXV[1]

Or furent mort li .iii. baron de pris,
Li quens Bernarz et ses pere Aymeris
Et d’Anseüne li jentils dus Garins.
Et quant li frere virent mort lor amis,
3760Tel duel en moinent a po n’enrajent vis,
Mès tel entente ont a lor enemis
Qu’aler ne pueent a cels qui sont ocis ;
Car tel poor avoit li plus hardiz
Que ja n’en quide un sol eschaper vis.
3765Molt fu dolenz li fors rois Looys ;
A haute voiz a escrier se prist :
« Que fetes vos, mi chevalier de pris ?
« Par cele foi que je doi saint Denis,
« Se eschaper lessiez nos enemis,
3770« Ja ne tendrez terres en mon païs.
« Or i perra qui sera mes amis :
« Toz mes tresors li ert a bandon mis. »
Quant il l’oïrent, ez les vos esbaudiz ;
La oïssiez de cors tel soneïz,
3775Tuit en tentissent li pui et li larriz ;
Ez vos François de bataille ademis :
Qui donc veïst Guillaume lo marchis,
Guibert son frere, lo jentil roi de pris,
Hernaut lo rox, Buevon de Conmarchis,

    — 3755 A joie.

  1. CXXV. — 3758 C D Garins li dus jentils. — 3759 C D Quant li frere autre. — 3760 A B Tel duel demainent, C en ont. — 3762 A B Aler ne porent. — 3763 C Que t. — 3764 D pour rien e. — 3765 A B Or fu d. — 3766 C D s’est pris. — 3770 A tendra, C D Ne tendrez mès. — 3773 C cil l’o., D entendent. — 3774 C Lor o. — 3775 A B Qu’en retentissent, C li mont et li l. — 3777 A B Qui la v. — 3778 A B Lui et G.