Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par mi la porte devant S. Simeon ;
Devant la vile avoit un pin roont
3345Qui fu plantez del tens ancienor.
Il prent un cor, sel sone par vigor ;
François s’en issent qui oient la rumor
Des lojes et des tentes.

CXII[1]

Premiers s’en ist li bons rois Looys,
3350Hernauz et Bueves et Bernarz et Garins.
« Droiz emperere », li quens Guillaumes dist,
« Nos en irons la cité assaillir,
« Esclabarie qui est el pui antif ;
« Icil la tienent qui ne nos sont amis ;
3355« Ce ne sont pas Paien ne Sarrazin,
« Mès Sajetaire a qui ja Dex n’aït ;
« Des ars turquois tréent par tel aïr,
« Les granz quarriax entoschiez de venin.
« Qui a lor cox ne puet arme garir,
3360« Aubers, elme ne broigne. »

CXIII[2]

Aymeris fet soner .xxx. olifanz,
Bondir en fet Nerbone la plus grant,
La mestre tor et lo dur aymant.
Li quens Guillaumes porte lo roial brant,

    — 3343 A B Par la poterne, C Par la porte. — 3344-5 omis dans C D. — 3346 omis dans C.

  1. CXII. — C D riment en is. — 3349 C li forz. — 3354 C Cil qui la tient si n’est pas nostre amis, D Cil qui la tienent ne sont pas noz a. — 3355 C mie p., A B ajoutent : Mès Turs felons du regne d’Orquanie. — 3356 A B Et Sagitaire. — 3360 C ne vielle b., D Ne nule vielle b.
  2. CXIII. — C D riment en ant. — 3361 A B Aquaires, B .iii. o., C D un olifant. — 3362 C D la fort cité vaillant.