Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qui plus tost noe par mi la mer salée
Que fax gruiers ne vole a recelée
3325Quant la conpaigne des perdriz a trovée ;
Mès tant est dure et chauciée et serrée
Que ne crient cop de lance ne d’espée ;
Trop sont les armes riches.

CX[1]

Or ot Guiberz ses garnemenz plus chiers ;
3330L’en li ferma ses esperons es piez ;
Fées les firent en une cité viez ;
Il n’est nus hom por qu’il les ait chauciez
Que desoz lui recroie son destrier.
Puis que il est des esperons tochiez,
3335Ainsi ravine com fet li esperviers
Quant l’oiselet a parti del vergier,
Tot autresi ravine li destriers ;
Toz jorz desire a corre.

CXI[2]

Hanste ot Guiberz au roje confanon.
3340En mi la place li traient Pliemont ;
Il i monta com hom de grant valor,
Puis s’en issi a qoite d’esperon

    haute mer betée. — 3323 A B vole par ces ondes mellées. — 3325 omis dans A B. — 3327 A B Ne dote cop. — 3328 C Molt, D Tant.

  1. CX. — C D riment en ier. — 3331 C D ajoutent : Si les faerent ce tesmoigne li briés. — 3332 C D Dex ne fist hom se il les a ch. — 3333 C D Ja ses destriers soit soz lui estanchiez. — 3338 A B Que touz jours veult il corre.
  2. CXI. — C D riment en on. — 3339 A L’h., C D vert c. — 3340 C En la place, D envoie P. ; C D ajoutent : Un vert destrier qui fu roi Justamon. — 3342 A B brochant a e., C Et s’en issi.