Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CVI[1]

Quant Aymeris entra en la cité,
S’aloient ja li François adober
Dedenz la vile et defors par les trés.
Quens Aymeris fu molt jentils et ber ;
3285.M. cors d’ivoire fist ensenble soner,
François l’oïrent, si se vont adober
As lojes et as tentes.

CVII[2]

Quant François ont la parole creante
Dont Looys et Aymeris se vante,
3290A la cité en iront en la lande,
.X. mil François en brandirent les hanstes.
Auquaires s’arme cui forment atalente.
Quens Aymeris li bailla l’oriflanbe ;
Fist un eslais devant lo roi de France
3295Et prie Deu qui fist et ciel et angle
Que sa terre li rende.

CVIII[3]

Guibelins s’arme desoz l’onbre d’un lor
Et vest l’auberc qui fu Sanson lo fort :
Qui l’a vestu il n’a dote de mort,
3300Ne ne craint lance, espié ne javelot,
Qu’en li atraie gote de sanc del cors,

  1. CVI. — Ce couplet est omis dans B et est réuni au suivant C D qui refont les rimes en é.
  2. CVII. — C D riment en é. — 3296 C D Que la cité li rende.
  3. CVIII. — C D ont une rédaction entièrement différente.