Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

plus précise, un sagittaire qui appartient visiblement à la tribu sauvage qui figure dans la Mort Aymeri. Il est même très probable que c’est à ce roman, dont le succès a été immense, que notre auteur l’a emprunté. Voici la description de cet être fabuleux dans le Roman de Troie :


Il ot o lui un sajetaire
Qui molt fu fels et deputaire.
Des le nombril tot contreval
Ot cors en forme de cheval.
Il n’est riens nule, s’il volsist,
Que l’isnelece n’ateinsist.
Cors, chiere, bras a noz senblanz
Avoit, mes n’ert pas avenanz.
Il ne fu ja de draps vestuz
Car come beste esteit peluz...
Un arc portot, non pas d’aubor,
Mès de cuir et de gluz boillie
Soldez par estrange mestrie...
Es granz terres desabitées
Sont et conversent vers midi...

(Éd. Joly, p. 174-175.)

Ainsi dans Garin de Monglane (B. N. fr. 24304, fol. 101), on lit la description d’un cheval né d’une jument sauvage et d’un sagittaire ; dans Aliscans, les Sagittaires sont mentionnés avec quelques-unes des particularités reproduites dans notre chanson.


Desous l’abisme ou desoivre livent,
Iluec dist on ke Lucifer descent ;
Outre cest regne n’a hom abitement,