Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Et les puceles en plorent et sospirent ;
2930Tordent lor poinz et lor chevex detirent.
Li Sajetaire les ont a force prises,
En lor coler les portent et traïnent
Par mi les landes dures et enhermies ;
Adez i a esglentier et espine.
2935Nule pitié ne lor prent des meschines,
Qu’a nule feme ne prenent druerie.
Onc ne finerent deci Esclabarie,
Et les puceles i ont en prison mises
En une chartre dolerose, soullie ;
2940Qui leenz est po puet prisier sa vie.
Or recommence bone chançon nobile,
Si com barnaje se amonte et decline
Et d’autre part essauce et puis avile.
Ainsi reprist danz Aymeris sa vile
2945Que Sarrazin li avoient traïe,
Ce raconte l’estoire.

XCVII[1]

Li Sajetaire furent en lor cité ;
Devant els font les dames amener
Enchaainées et en charchans ferrez,
2950Et en tex bruies que nes porent oster ;
Enz en la chartre les ont fetes jeter :
Qui iluec est molt a mauvès ostel.
Boz et colovres i avoit il asez.
Quant li floz monte, si enple lo fossé,
2955Par .ii. chanax lor en i entre asez,
Dont les convient totes droites ester,

    — 2929 A Les p. — 2937 C en Clabarie. — 2940 A B Qui iluec est. — 2941 D Hui mès c.

  1. XCVII. — C D refont beaucoup de rimes en é, er. — 2952 omis dans A. — 2954-5 omis dans B. — 2956 D Lors les c.