Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XCVI[1]

Oez, seignor, que Dex vos beneïe,
Li glorios, li filz sainte Marie.
2880Granz fu la joie a Nerbone la riche
Por Aymeri qui ot sa cité prise.
Dame Hermanjart a en la tor choisie ;
A haute voiz li jentils quens li crie :
« Franche contesse, ne vos esmaiez mie :
2885« Encor serez dame de ceste vile.
« Tote la terre nos est remese quite
« Deci as porz desoz Esclabarie,
« La cité frete qui est el pui assise.
« Ne sai quel jent l’ont de novel reprise ;
2890« De vieilles tors i ont dreciées .xv.
« Veüz les ai, moi et ma conpaignie.
« Mès, se Deu plest lo fil sainte Marie,
« Je lor ferai muer herberjerie. »
Dame Hermanjarz a la parole oïe,
2895Ele devale, mès ne parole mie ;
Si n’ot o li que .iii. de ses meschines :
Les autres sont dedenz la tor fenies
Por la vitaille qui lor estoit faillie ;
Lor ames sont sauvées et garies,
2900En Paradis coronées flories.
Atant ez vos Hermanjart de Pavie ;

  1. XCVI. — C D refont beaucoup de rimes en ie. — 2882 C D Quens Ay. a la barbe florie, | A la contesse en la grant tor choisie. — 2883 A B li prie, C D escrie, C Aym. li e., D li bons q. li e. — 2884 C Jentil c. — 2887 D Aclabarie. — 2891 C D Ier les veïsmes de la lande enhermie, | Desoz estoit ma fiere compaignie, — 2892 A B S’il plest a D., et placent ce vers après le suivant. — 2895 C El devala, D s’en d. — 2897 D furent d. — 2899 D Les ames furent. — 2901 omis dans C D.