Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ou tote jor nos conbatismes ier
2280« A .xxx. mil Sarrazins et Paiens ;
« Toz les avons ocis et detrenchiez ;
« Un tel eschec i avons gaaignié :
« Dames menoient bien .xiiii. milliers ;
« La mestre d’eles qui des autres est chiés,
2285« Est mirienesse, que n’a meillor soz ciel :
« Bernarz mes frere, li nobiles guerriers,
« I fu el cors feruz de .iii. espiez,
« En petit d’ore l’en ot assoagié ;
« Or est plus sains que poissons el gravier. »
2290Et dist li rois : « Cele me gardez bien :
« Si la menrai en France. »

LXXXIII[1]

Li quens Guillaumes droit a son tré revint,
Iluec trova et Bernart et Garin,
Hernaut et Bueve, lo duc de Conmarchis ;
2295Lo roi alerent veoir et conjoïr.
Nostre emperere fu molt preuz et jentils :
Les dames fist par devant lui venir ;
Li emperere s’i joe et gabe et ri.
Atant ez vos Auquaire et Aymeri,
2300Et Ploiemont a .iiii. foiz heni,
Que toz les trés en a fet retentir ;

    soz Monbrueil, C Par foi, sire. — 2280 A B Sarr. renoiez, D aversiers. — 2281 A B mehaigniés, A Ou les a., C Si les a. — 2282 A .i. grant e., B Molt grant e. — 2284 A B La souveraine q. — 2285 D Estoit miresse, A B la meillor desoz ciel. — 2287 A B I fu ferus el cors de. — 2288 D le nos ot mirgoié. — 2289 omis dans A B, D Que plus est s. — 2290 A B Et li r. dist, D nos g.

  1. LXXXIII. C rime en is. — 2292 D s’en vint. — 2294 B le ber de C. — 2295 D acoler et joïr. — 2296 A B Loeys fu molt p. et molt gentis, D hardiz, C Et l’e. estoit frans et j. — 2297 D Les damoiseles fist devant lui v. — 2298 D Nostre e. — 2301 D Que tot les tertres.