Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li quens Guillaumes i est entrez premiers ;
2255Ou voit lo roi si li chaï au pié,
Estroitement le li a enbracié,
L’esperon bese qu’est a or entaillié.
Li emperere l’en a sus redrecié :
« Sire Guillaumes, qui vos a corrocié ?
2260« Par saint Denis mon seignor droiturier,
« Ja n’avra mès m’amor ne m’amistié. »
— Droiz emperere, » dist Guillaumes li fiers,
« Li rois Corsolz m’a malement baillié :
« Pris a mon pere Aymeri lo guerrier ;
2265« En Babiloine l’en a fet envoier,
« Dedenz sa chartre jeter et trebuchier ;
« Prise est Nerbone dont granz damaje iert,
« Fors que la tor que la contesse tient ;
« Forment redote qu’ele n’ait que mangier ;
2270« Por la vitaille la puet l’en josticier. »
Ce dist li rois : « Or ne vos esmaiez :
« Par saint Denis cui hom je sui del chief,
« Ja ne verrez passer un mois entier,
« Mostrerai lor .xx. mile chevaliers,
2275« Et puis .c. mile as verz elmes laciez,
« Estre serjenz et les arbalestriers.
« Ou sont vos homes ? ou les avez lessiez ?
— Par ma foi, sire, soz Monbrin el gravier,