Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/154

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Tant chevalier detrenchié et ocis.
2230« Fu ce bataille ? Guillaume, qui la fist ?
— Nos la feïsmes, » dist Hernauz et Garins.
« Ier tote jor nos conbatismes ci
« A .xxx. mil de cuverz Sarrazins,
« Deci al vespre en dura li estris.
2235« Toz les avons detrenchiez et ocis,
« Un tel eschec i avomes conquiz :
« Dames menoient jusqu’a .xiiii. mil.
« Veez les la soz ces loriers jesir. »
— Nomeni dame ! » Gautiers lor respondi ;
2240« Seignor baron, qui onques tel oï ?
« Si m’aït Dex, molt grant barnaje a ci. »
Tant dementiers qu’il parloient ainsi,
La nuit s’en vet et li jorz esclarci,
Li soleus lieve par estranjes païs
2245Qui abat la rosée.

LXXXII[1]

Cheval demande Guillaumes li guerriers,
Et l’en li va lo suen apareillier ;
L’espée ceinte est montez el destrier
Que il n’i deigne autres armes bailler.
2250Et Gautiers est droit au suen reperiez ;
Il i monta par lo senestre estrier.
Il et Guillaumes ont lo tertre puié,
Droit a la tente Looys lo guerrier.

    — 2229 C decopé, D trebuchié. Et ajoute : Et maint destrier esgaré et sotif. — 2231 C D Hernaut li respondi. — 2233 D de felons S. — 2234 C Jusques au v. — 2235 C decopez. — 2236 C grant e. — 2239 D ce lor a dit. — 2241 A B que grant b. — 2242 A B Endementiers, C issi. — 2244 C trestot lo païs.

  1. LXXXII. C rime en ier. — 2247 C tantost a. — 2248 A B L’espée a ceinte, monté est el d. — 2249 A B Que il n’i volt nule autre arme b. — 2251 A B Montés i est, C son senestre e. — 2253 A B