Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La veïssiez tante pointe eslessiée,
Tant escu fret, tante tarje perciée ;
Des abatuz fu la terre jonchiée.
As premiers cox Mahomet abatierent
1890Et l’estandart par terre trebuschierent ;
Et les puceles en furent esmaiées,
Entor Mahom se tenoient rengiées,
Tordent lor poinz et lor chevex tirierent.
Paien saillirent, la pute jent entiere,
1895Qui ont tel duel a po que n’erragierent ;
Et li François durement les requierent,
Quant venu sont ensenble.

LXXII[1]

Forz fu l’estor soz lo pui de Monbrin ;
Turc et François furent ce jor voisin.
1900Onques paiens por poor n’i guenchi,
Ne chevaliers n’i fu de joindre eschiz.
La veïssiez un estor esbaudi,
Tante hanste fraindre et tant escu croissir,
Tant bon auberc desmailler et faillir,
1905Tant poing, tant pié, tante teste tolir,
Sanc et cervele contre terre jalir,

    mesniée, B lor mesnie adouberent. — 1886 B A l’asembler tante lance brisierent. — 1887 B Et tant escu, tante targe froissierent. C ajoute : Et tante lance par troncon debrisie. — 1888 B tote l’erbe jonchierent, C ajoute : Li destrier fuient lor resnes traïnées. — 1889 C prist Mahon la versée, A B abatirent. — 1890 C fu par terre volée. — 1891 A esbahies, B durement s’esmaierent. — 1892 B trairent et rengierent. — 1893-5 omis dans C. — 1896 C Et li Franç. et paien as espées.

  1. LXXII. — 1899 C Franc et paien, D T. et Persant. — 1900 C Que onque .i. por p. — 1903 D fraite... croissi. — 1904 A B Et tant auberc., D faussir. — 1905 A B Tant pié, tant point. — 1906 omis dans A B.