Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

1750La veïssiez tant blans aubers vestir,
Lacier tanz elmes et ceindre branz forbiz,
Tanz chevaliers desor destrier saillir.
Li rois Guiberz en apele Aufelin,
Un chevalier corajos et hardi,
1755Et li a dit : « Alez avant, amis,
« Por demander se ce sont Sarrazin
« Ou marcheant qui vienent lo chemin. »
Et cil respont : « Ja n’en serez desdiz. »
Point lo destrier, a l’encontre lor vint,
1760Si lor demande qui il sont en latin ;
Et cil ont dit, qui ne deignent mentir :
« Nos somes homes Corsolt lo fil Sorbrin.
« Prise est Nerbone, s’enmenons Aymeri
« En Babiloine, en l’amirable cit ;
1765« La le ferons a grant honte morir.
— Mal l’avez dit, gloton, » dit Aufelins,
« Mes sire est li frans quens Aymeris :
« Dedanz Nerbone molt soef me nori,
« Si m’adoba et chevalier me fist. »
1770Lo destrier point, si a l’espié brandi,
Fiert un paien orgoillos et eschi ;
L’escu del col li a fret et parti
Et lo auberc derrot et desarti ;
Par mi lo cors li met l’espié bruni

    1750 C les b., B les haub. bl. v. — 1751 C Hiaumes l. — 1752 A B omis. — 1753-4 C omis. — 1755 D Si li a d. — 1756 D Car demandez s. — 1758 A B Et il r. tot a vostre plesir. — 1760 C Si li d. qui sont et de quel lin, et ajoute : Et se il sont paien ou Sarr. — 1761 C Et cil d., A B qu’il n’en d. — 1762 A B A C. sommes qui fu f. a Sorbin, D Tuit s. homs au riche r. S., et ajoute : Et si creom Mahom le poestif. — 1764 A B cele a. c. — 1766 C Mal le deïtes, ce a dit Aufelis. — 1767 A B preuz q. — 1768 C En N., A B Et a n. — 1769 A B Il m’a, D omis. — 1770 C et son esp. br., D broche. — 1771 C qui molt estoit hardi, D qu’il a premier choisi. — 1772 A failli. — 1773 A B desmaillié et parti. — 1774 C l’acier