Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Par Tervagan, mon seignor naturel,
« Je ne vosisse por trois de mes citez
1370« Que il morust devant moi en cel tref,
« Ainz en feïsse une jostice tel
« Deci a Rome en oïst en parler. »
Dist Clarabins, l’aumaçor d’otremer,
Li plus bels hom de .l. citez,
1375Dame nel voit que ne le vueille amer :
« Sire amirals, un petit m’entendez :
« Se or volez par mon conseil ovrer,
« Bien vos dirai comment porrez errer :
« Fetes espines coillir et aüner,
1380« Devant Nerbone fetes fere un grant ré,
« A feu grezois le fetes alumer,
« Quens Aymeris i soit toz nuz menez ;
« Par les .ii. braz sera dedenz jetez.
« Ja fu il pere au chetif Aïmer
1385« Que oceïstes a Porpaillart sor mer
« Qui nos lignajes a pris et afolez
« Et destruites nos jestes. »

LVIII[1]

Li amirals fu plains de grant boisdie,
De traïson et de grant felonie.
1390Par lo conseil que Sarrazin li dient
Devant Nerbone fet fere une aramie ;

    — 1369 A B .xiiii. c. — 1370 C Que il fust morz, D Que moreüst. — 1372 A B Que jusqu’a R. en oï l’en p. — 1375 A B Femme. — 1376 D Droit A. — 1377 A B voliez, D errer — 1378 D ovrer. — 1379 D amaser. — 1380 A B en fetes f. un r. — 1381 A B De f. — 1382 D Dan Naimeri, B fu t. — 1383 A B Et par les bras sera il ens jetez. — 1384 A B Ja fu ses filz li chaitis Aymer. — 1385 A B qui fu occis. — 1386 A B parens.

  1. LVIII. C rime en ie. — 1388 A B estoit p. de b., C D voidie. — 1389 A B derverie, C fu p. et de boisdie. — 1391 A B Fist a N.