Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par mi lo chief vost lo conte ferir,
Quant .iiii. roi li corurent tolir ;
1345Si li escrient : « Por Mahomet, merci.
« Droiz amirals, trop es preuz et hardiz.
« Si savons bien que par toi l’as conquiz ;
« Lesse le vivre de ci qu’a lo matin,
« Par mi les braz sera penduz toz vis.
1350« Une quintaine en feront Sarrazin,
« Si i poindront paien tot ademis,
« La l’ocirons a nos espiez forbiz ;
« Iluec verras qui melz savra ferir. »
Dist l’amirals : « Et je l’otroi ainsi.
1355« De tel mort vueil qu’il muire. »

LVII[1]

Quens Aymeris s’estut en mi lo tref
D’un grant espié par mi lo cors navrez ;
Li sans li raie contreval lo costé,
Moillié en ot les esperons dorez ;
1360Li cuers li ment, li oil li sont troblé ;
Trois fois se pasme, ne s’en pot consirrer.
Et paien crient : « Vos mar i fustes nez ;
« Se vosissiez Mahomet aorer,
« Vos fuissiez ja gariz et respassez. »
1365Premiers parla Corsolz li amirés :
« Seignor, » dist il, « un petit m’entendez :
« Par Mahomet, quel conseil me donez ?

    — 1344 D Més. — 1345 A B Qui li crierent. — 1346 A B Sire a. — 1348 A B jusques. — 1349 A B sera il p. v., D Par les .ii. bras. — 1351 A B Si poinderont, D Si il p. — 1353 D Si verron nos. — 1355 A B Qu’il de tel mort m., C Issi v. que il m.

  1. LVII. C rime en é. — 1356 A B Dans A. estoit, C D lo pré, C estut. — 1357 A B Qui d’un e. estoit el c. — 1358 A B li cort, D les costez. — 1359 A B en sont li e., C tot l’esp. — 1362 A B tant mar i fustes, ber.