Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Bessent les lances o les confanons froiz,
1140Granz cox se donent es escuz vianois,
Desor les bocles peçoient les fers froiz ;
Ainz l’amirals ne se mut une foiz,
Mès Ferranz chiet ou Aymeris seoit ;
Dist l’amirals : « Ja mès ne monteroiz,
1145« Qu’ançois perdrez la teste. »

XLVIII[1]

Quens Aymeris se senti abatu,
Il n’en pot mès, que Ferranz fu cheüz ;
Honte ot li quens, si home l’ont veü,
Borjois et dames del palès et del mur.
1150Il se dreça et Ferrant sailli sus ;
Li quens monta dolenz et irascuz ;
Et l’amirals ne s’est mie esperduz :
Lo destrier point qui li cort de vertu,
Brandi la hanste ou li confanons fu,
1155Fiert Aymeri devant en son escu,
Desoz la bocle li a fret et fendu ;
Enpoint lo bien et bote par vertu
Que del auberc sont li doble ronpu ;
Tot de plain l’a par mi lo cors feru,
1160De l’autre part s’en est l’espié issuz

    — 1139-1140, omis dans A B. — 1140 D fierent... demenois. — 1141 C Sor l. — 1142 A B Onc... s’en m. — 1143 D estoit. —  1144 D ne manjeroiz. — 1145 A B Vous y p., D Ançois perdroiz.

  1. XLVIII. C rime en u. — 1146 C D Quant. — 1147 A B N’en povoit mès quar F., C Mès n’en p., D F. li fu ch. — 1148 C S’a grant h., D Molt a grant h. — 1149 omis dans A B. — 1150 C En piez se drece, D et Naymeri s. — 1151 A B Aymeris monte, D Et remonta. — 1152 C ne fu m., D pas e. — 1153 D broche. — 1154 A B L’hanste brandi. — 1155 A B Ay. f., C autre foiz sor l’e. — 1156 C Soz l. — 1157 omis dans C D. — 1158 C Et d., D De blanc h., A B li pan derompu. — 1159 A B Et de p., D Plain a p. — 1160 A B estoit.