Page:Anonyme - La Mort Aymeri de Narbonne.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cils est montez sor un mulet d’Arabe,
Corant s’entorne contreval lo rivaje ;
Vint a Nerbone, si dist qu’il est mesaje :
1000Dedenz la porte l’acoili li barnaje
Por oïr sa parole.

XLIII[1]

Desoz un pin descent li mesagiers.
A un perron de cristal entaillié
Fu Aymeris li bers ou il se siet,
1005Environ lui si baron chevalier ;
En droit midi fu levez del mangier.
Li Sarrazins a parlé tot premiers :
« Aymeri sire, tu ne ses que je quier ;
« Li rois Corsolz m’a a toi envoié :
1010« Par vos .ii. cors bataille te requiert
« Defors la porte, desoz les oliviers.
« La vos porez prover et essaier
« Si que verront Sarrazin et Paien
« Et vostre jent del mur et del terrier.
1015« Mès une chose ne vos quier a noier :
« Par Mahomet mon seignor droiturier
« Li rois Corsolz est orgoillos et fiers
« Et tel vassal n’i a meillor soz ciel ;
« Se il te trove armé sor ton destrier

    — 997 D Il est, A B destrier. — 998 A Si s’en ala, B Puis s’en ala, D la praerie. — 999 A B et dit. — 1000 A B En la cité l’ac.

  1. XLIII. — 1004 A B li vaillans ou il s. — 1005 A li b. — 1006 A B A midi fu levez de son m., C fu l’eur del m. — 1007 C arresnié p. — 1009 A B ici e., C ci fet e. — 1010 C la b. req., D vos req. — 1011 C demain sans respitier, B cel olivier, D ajoute : Biaux est l’onbraje de pins et de loriers. — 1012 C poez. — 1013 A B Si vos verront, C Si que vos voient, D Si qu’il verront. — 1014 D La v.... et des oliers. — 1015 D te q., C vos vueil ja acointier. — 1016 A B qui tout a a jugier. — 1018 A B Tel chevalier n’a pas mellor. — 1019 D t’encontre a.