Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cels bien la fermerent qe remanent aprés.
Frans laserent l’asaut quant les ont avisés ;
Rollant vit son baron, s’en fu joians e lés,
François a derumpuz, si les a debrisés,
10290Contre lor est venus e li dist : « Bien venés.
« Ja vos en unt mandé Saracins desarmés ;
201 a« Par le mien esciant, chier sera comparés.
— Sire », dist Engelier, « ançois sui envoiés
« De part celor la sus ; cel est lor avohés.
10295« Merci mandent a querre, se vos la lor deignés ;
« Sol que lor e lor gient de la mort resploités,
« Dou palés vos rendront la maestre fermetés. »
Felidés li dist : « Sire, il vos dist verités.
— Volantier », dist Rollant, « tot an sui aprestés :
10300« Mais seul qe soiez tut batiçés e lavés
« E qe Diex et Jesu et sa mere aorés,
« Pier et Filz et sant Spirt en une Trinités,
« Tot primerans serois de vie asegurés
« E ne perdrois dou vestre valisans dos diners,
10305« Ainz vos sera l’avoir et l’onor redoblés.
« Bon segnor vos ai ja doné et restorés.
« Mon compaing Oliver, sir duc, avant venés :
« La citez vos otroi, si an serois casés ;
« De la ville e des homes a vos ploisir ferés. »
10310Oliver descendi dou cheval de son grés,
Merci li en va rendre, beiser li volt li pés ;
Mais li quens le retient, qe li dist : « Sus estés.

CCCCXLVIII[1]

— Sire », dist Oliver, « par vestre cortoisie
« La citez me donez, si ne la refus mie ;
10315« Mon ploisir en ferai, se nus nel contrelie. »

    — 10280 desprises — 10281 nos, mandiez — 10292 esciat, opares — 10295 ce est — 10302 spirit — 10304 valans — 10309 ferés manque — 10311 M. li e ua

  1. — 10314 refust