Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tuit se tairent, ch’il n’i oit criç ni tançe.
« Signor », feit il, « sol por la delivrance
8025« De cist païs, che oit tiel penitance,
« El remanant in autreteil balance,
« Avons ci pris estaus et habitance.
154 a« Deu roi Marsile sai che ne fu creance
« Ch’en trop repois fust nostre demorance,
8030« Mais por combatre a l’emperer de France.
« Je voil savoir queil est la vostre entance,
« Ou de combatre o d’avoir proveance,
« Ch’en mener guere veul une tenperance
« Acompagnee cun une diffirance ;
8035« Por ce demant la vostre conoisance
« Che ceschuns die selonch sa consiance.
« Pois se tendrons a cil chi meus sentance,
« Si che li rois, ch’en nos oit grant fiance,
« Por nos non perde nulle bone sperance. »

CCCXLIII[1]

8040Sor ces paroles fu molt grant pensamant.
En estant lieve l’Augalie d’Oriant,
Chi oncle estoit Marsile e Baligant.
« Signor », feit il, « a le mon esiant,
« Vos n’aveç mie le por choi mantenant
8045« Dunt vos poiseç complir vostre talant
« Quant por combatre a la Francesche jant :
« Plus sunt de nos, plus armé, plus vailant.
« Cil che atrui tere veult aler conquirant
« Doit de combatre estre plus desirant
8050« Che cil che tient e dit : « je me defant ».
« Signor, nos somes ci venuç solemant

    — 8034 un d. — 8038 chi nos oit

  1. — 8042 Chi onche — 8043 alamer esiant — 8046 francescha.