Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Qe mort l’abat a tere dou rice destrer fort.
Gerarz prent une esplié c’un François li aport :
Par vengier le vasal d’Alemaigne nen dort.

CCCCXLII[1]

10180199 aGerarz de Roseilon de l’esplié Vïenois
Veit ferir Filidés por amor le Thiois,
E cil refiert bien lui a guise de cortois
De l’esplié tot sanglant dont a mort plus de trois ;
La lance al dux Gerarz peça e vola en trois.
10185Si li fiert li Paiens arme n’i oit defois,
Ni escuz ni obers valisant un Pavois :
Par mié entre dos costes pasa le fer Turqois ;
Tiel plaie li a fete dont non garra del mois ;
Navrez l’abat a terre del destrer Orqanois.
10190Pués a crïé s’ansaigne a vos en Espanois.
Gerarz se vit a terre sanglant, paile et blois,
Ne se puet redrecer, tant oit le cuer destrois.
Qui l’oïst regritier dans Hestous en François :
« Hahai ! tant mar i fustes, jentil conte marqois !
10195« Certe, se ci vos pert, morir veult demanois,
199 b« Quant mellor chevalers ne plus proz a defois
« De cascuns son ami ne sai en nulle lois ;
« Anc mais n’i pasastes tant duc, prince ne rois,
« Qe d’aider vos amis fusez mais en esfrois ;
10200« Onques mais non eüstes un seus ans de repois ».
Portier sor un paveis l’a feit a dos Englois ;
D’une bande asiez large l’enbendirent estrois.
Cent chevalers le gardent, armez de lor conrois,
E quant qe lui besoigne ferent a bone fois.

    — 10177 dou nec d. sort — 10178 Geraz

  1. — 10180 le plie ne uienois — 10183 sangant — 10186 un paliois — 10191 p. et plois — 10192 le crier d. — 10194 marifastes — 10201 un paleis.