Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

10035Lor bondist l’olifanz, reforcier fist l’asaut.
Quant la flanbe dou feu vient a meins e le caut,
Estous sist el varon qe fu noriz el gaut,
Qe plus cort de randons ne descent faucons d’aut ;
Ses chevaler montent, n’i a un seul rebaut,
10040Plus desirent bataile, se Damediex me saut,
Ne feit baçalier dame basier soz son blïaut.
Or saçent cels de Noble que paine ne lor faut ;
Cist ne leiront por qe la place.  .  .  .  .  .  .  .  .

CCCCXXXVI[1]

196 aLor lances paumoiant, talentis de bien faire,
10045Brocerent vers la place les barons de bon aire.
Hai ! com est asotie gient qi vers teil contraire
Qe ne dotent por mort de lor nemis desfaire !
Hestous fiert Promodés, q’estoit jendre Gillaire,
E cil refiert bien lui, qe nel redote gaire ;
10050Les eschuz trencherent come fust cordevaire.
Forz furent les hobers, de cels m’aconvient taire ;
Andeus s’entrabatirent lez un peron de quaire.
Hestous se leve et treit le bon brant qe resclaire
Et Promedés le suen, qe fu feit en Samaire.
10055Grant cous se donerent, l’estoire les nos naire.
Atant ec vos Gerarz outre tote lor baire :
Promodés veit ferir tres par mi le sudaire
(Ne garde por Hestous qe l’en deüst desplaire) ;
La boce e le mentons et le nés e la naire
10060Li a tote trencee come se fust une haire ;
Mort l’abati a tere, ainc n’oit laiser de braire.
196 bLor veïsez Paiens trestoz cele part traire ;

    — 10036 a miens — 10038 descendent — 10039 ma un seul r. — 10041 sor son b. — 10042 quo p. ne l. fant — 10043 la p. nen cuit ; comment corriger ?

  1. — 10044 Sor l. — 10047 ennemis d’une seconde main — 10048 gillare — 10049 refet — 10050 fust manque — 10054 sa marie — 10055 nos uaire — 10056 A. ceuꝰ geraiz.