Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Il n’aconta nul jorn a nos nimi
« Qu’au departir ne fust greu repanti.
« Se vos e lui le devois feire ensi,
« Je voi Marsile de l’ampire seisi. »
8000Lor tient le roi une guant de sami ;
Desor la spale en riant le feri.
« Va, mauparlés », dist il, « tol toi de ci. »
E puis aprés vers Oger se guenci.
153 b« Fa nos manjer », fit il, « che je t’en pri.
8005— Volanter, sire ». Lor apelle Henri :
« Fa doner l’eve. » E cil tantost le fi.

CCCXLI[1]

Au triés le roi lavent e vunt seoir
Li rois, li duch, li queins de aut manoir.
Ci metrai fin dou mançer e dou boir :
8010D’autres paroles m’acovient mantavoir
De plu profit e de grignor savoir.
En la cité, aprés super, la soir
Funt Serasin conseil e capitoir,
Rois Baligans, Maugeris e son hoir
8015E les barons che furent plus a croir.
En une çanbre, ou fu tot paint al voir
Comant Greçois irent por Troie ardoir,
La vunt Paiens tel parole a movoir
Cun s’acovient a cil c’ont grant espoir
8020De lor nemi confondre e decevoir.

CCCXLII[2]

Le chief de tuit, roi Baligant, comance
A guise d’ome che mout avoit siance ;

    — 8002 toi toi

  1. — 8016 paint lauoir — 8017 Comant egreçois — 8018 menoir
  2. — 8022 A guisa.