Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCXXX[1]

Mont par fu traveilos le frans quens Oliver
A prendre la citez dun stoit en disirier,
9925Mais trou cruaus reveus trova a l’encontrer
Par devant la fort barre de treir et de lancier.
De Gerarz e d’Astous vos puis je bien contier :
Volantier venisent da lor part asauter,
Si fesist d’autre part le bon Denois Ogier,
9930Mais ne porent lor gient retinir de rober,
Si en fist Hestous pandre dous, par mielz castoier.
Qe caut ? Qar covotus herent dou gaagner,
Tant par estoit la ville rice, n’en stoit parler,
De rices drais de pailes, d’or, d’argient, de diner,
9935Par nul fuer nes porent tenir ne arester,
Si en furent mort, ce cuit, pres le terç d’un miler
Parmi celes meisons de Paian et d’Ascler
E de fainz et de fames, a gros espli d’acier.
Novelles en vinrent dam Rollant le gerer ;
9940Par ceschune des host fist da sa part crïer
Se nus plus i robast e le poroit bailer
Maintenant le feroit apendre e desmembrer.
Lor poüst hom veoir maint hernois destorser ;
Paor e grant amor lor fist tot ce laser
9945Come gient q’amoient lor seignor droiturer.

CCCCXXXI[2]

Cristïens atendirent au bien combatre humeis ;
Païens se defendirent a buen darz Espaneis,
194 bDe guivres et de fausars lor trarent demaneis.
Grant maus lor fasoient les dames des borgeis,

  1. — 9924 disiner — 9927 De geraz, puise b. c. — 9931 prandre — 9934 e de diner — 9936 le tere — 9937 de parun — 9939 N. en uirent
  2. — 9948 De guines — 9949 g. maũs.