Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E dedanz porte Vals, sens contredit de nus,
Entra la gient Gerarz et de Lengre le dus ;
La porte garnirent de bien .vc. escus,
9730Pués ont envers la place le petit pas moüs.

CCCCXXI[1]

Hestous e dan Gerarz, li ber de Rosilun,
Ont prise porte Vals a Diex benecion ;
La porte ont bien garnie e sus levié le pon ;
Vers la place tot droit cevaucent le troton.
9735Cels devers porte Lice oïrent la tençon ;
La porte orent overte qe veit vers Aragon
E le pont abasié, dunt furent en fricon.
Par le pont tost lever manderent un garçon ;
Mais Bernars, qi estoit dedans l’arse maison,
9740Ensi de son agaiz, pungant a esperun,
Brandisant son esplié, covert soz son blazon.
Le pont a trepasiez, a qin pois o qe non ;
Cil qe lever le veult feri de tiel randon
Qe sa lance li fice deci qe le polmon :
9745Mort l’abati a terre, ainc ni oit confesion.
A l’entrier de la porte a feite arestason
Et a mis a sa boce un graile de haut ton
Por qoi Rollant venist, il et soi compaignon.
E Diex ! por qoi li feit ? c’est sa destruçion,
9750Car cels qi de la porte garderent le dojon
Laserent desor lui avaler un peron
Q’a poine le poüst un buen destrer Gascon
Treiner a son leisir desor un chareton.
191 bDesor l’acus de l’eume consuirent le baron ;
9755Unqe ne li fist armes defois ne garisun :

  1. — 9735 C. deliers — 9737 abasier — 9741 sor s. blancon — 9743 C. qe liuer — 9745 auie auoit c. — 9747 haut manque — 9749 destricion — 9751 lui liualer.