Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ne venez plus avant, car l’avroie en despit.
« N’estes pais merceant de drais ne de carpit :
« Armes avés vestues par desoz le samit.
9700« Ne ousent ça entrer neïs li eremit.
— Si ferai », dist Ogier, « se soie benedit,
« Maugrez le roi Marsille e toi, felluns trahit. »
Pués s’aproce vers lui, ne prent autre respit,
E mis man a la spee qe fu al rois d’Egipt :
9705La teste lui trença ; bien por tanp s’en avit.

CCCCXX[1]

Quant les gardes verent qel portier ont perdus,
Treçes furent qe tost cescuns d’aus selli sus ;
Volantiers fermasent de l’antrer le pertus,
Mais Ogier lor calonge, son coisins et ses drus :
9710Mielz aime iloc morir c’om le face reclus.
Tient l’espee en son poing, que fist Gallaneüs,
Qe fu al buen Tristans, le fiuz Meliadus,
Dont oncist le Morot en l’isle de Carchus,
Quant il vient au roi Mars demander le treüs :
9715Par cil Tristans fu tot cil peïs asolus,
Qe fust en grant servaje a toz temps remanus.
Ogier a un des treçes ou le brant conseüs ;
Enfreciqe as espales est le colp descendus.
Les autres le verent : n’i atendroient plus,
9720Qi lor donast l’avoir qe fu au roi Porus.
En fue tornerent les culvers mescreüs,
191 aEscriant par ces rues : « Tot sumes confundus. »
Ec vos la gient Ogier a esperuns batus ;
L’aute tor de la porte e l’entrer ont tollus,
9725Un penuns a quartier i mistrent por desus.
La ville fu estornie et le criz entendus

    — 9699 desor — 9700 nies nies li e.

  1. — 9707 Trecens — 9710 recluis — 9713 lamorot — 9719 ni atenderent p. — 9721 mescrois — 9723 Et uos, a speruns b.