Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A un cors de ceval a le porte Greignor.
« Le primer qe m’atent, par Diex le creator,
« Jameis de contredir a toi n’avra loisor.
9615« Mais quant oirais mon graille, aiez de moi tendror,
189 a« Car al secors de moi trop non soie demor.
— Volantier », dist li quens, « a male mort e plor
« De toz nos anemis, et a bien et honor
« De Diex et sante Glixe et de l’ampereor. »
9620Adunc se part Bernars ardiz, plan de furor ;
A la porte s’aproce, au treir d’un arceor ;
En une maisons arse por feu et por calor
Un petit repuisa desor son misoudor,
Et prie Damediex, le roi superior,
9625Qe li dont a chief traire sa ovre et son labor.

CCCCXVI[1]

189 bDe totes quatre part, l’estorie nos temoigne,
A bien Bernars de Meus fornie sa besoigne.
L’endoman por matins, quant nuit de jor se loigne,
Li portier de la ville, qe n’ont peor ne soigne,
9630Ovrent porte Paris, ond l’on veit en Gascoigne ;
Li vacers s’en istrent ; n’a cil beste n’i poigne.
Oliver, quant les voit, ne senbla mie moigne ;
Dis chevalers apelle, qe furent de Bergoigne ;
Les escus e les lances els elmes de Colloigne
9635Laisa çascuns as autres ; lor n’a celui ne poigne.
Oliver fu devant e Ranbaus de Coloigne
E li .viii. chevalers, qe la ville caloigne.
A esperuns batuz, a qi q’en alt rampoigne,
Sunt entrez en la porte ; ne leirent por vergoigne.
9640Un Paiens su salli, soudoier de Sansogne :

    — 9617 mala m. e a lor — 9623 miscẽtor

  1. — 9626 uos remoigne — 9634 es elmes — 9635 L. çasuns — 9638 As speruns, qe nait r.