Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Gerarz de Rosilons et Hestous apella ;
Ou cinq mil chevalers les depart e schira :
188 bPar devant porte Vals les mist et enboscha,
9585En un palus sains eve, o mout de cainers a.
A un cors de cheval, quant l’aubor esclarra,
Porunt veoir la porte qe vers Espaigne va.
Bernars lor a apris e dist e devisa
Toz si com dist as autres e mout les en pria.
9590Quant Hestous l’antendi, de joie s’afiça.
« Se Diex », dist il, « consaint, qe le mond estora,
« Qe dedans puse entrer, cum coise si sera,
« Mal dehait cil que vis recacier s’en laira.
« Qui a estez prodome, or a droit i parra. »
9595Dou grant orguel q’il oit sa lançe paumoia.
Bernars en oit grant joie, par amor l’acola ;
Proie lui d’ester quoi ; a Diex les comanda.
Por un petit sentier ariere s’an torna
Par devant porte Lice, ou dan Rollant trova ;
9600De chief en chief lui conte tot si com il era.
Or dune aparuit l’aube, gueres ne demora.

CCCCXV[1]

Por devant porte Lice, au crever de l’aubor,
A pris Bernars l’escu e l’esplié frasenor ;
O lui aporte un cors a loi de venator.
9605Rollant en apella et lui dist : « Mon seignor,
« De toi me poise mout que estais en eror.
« Par Diex te pri, biau sire, ne te metre paor,
« Car tu ais bone gient et loial conductor.
« Se ancui ne te faiz disner sor celle tor,
9610« Fa moi morir de mort qe s’afeit a traitor.
« Je m’en irai avant, qe sui tes gïeor,

    — 9585 J’ignore ce que représente cainers — 9586 A une c., esclara — 9592 fera — 9593 recriaer — 9594 Qui estez — 9598 arier

  1. — 9605 ellui.