Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCCIX[1]

9470Joians sunt les baruns quant oïrent a cert
Que Bernars de la ville l’entrer lor a profert ;
De tot son pleisir fere otrïent en apert.
Le nom mistrent entr’aus, qe fu buens et covert :
Tut chevalers saint Jaqes, cui cascuns de aus sert.
9475Adonc esterent qoi, enbronciez et tenert.
E Bernars les devise, qe toz le faiz afert,
Comant soient cels dainz e maumis e desert.

CCCCX[2]

De .xx.m François qe Bernars a conduit
Qatre part en a fetes, si les desevre e muit :
9480Establir les voudra com a lui aparuit.
Oliver en apelle, qe molt a proz conuit,
E troi des autres piers, qi proz erent trestuit.
« Venez o moi », fet il, « chevalers de grant bruit.
« Bien porois mal durer por honor une nuit ;
9485« Bon merit en avrois, si com je pans e cuit.
« Par ce labore l’om, quant il plus vente e pluit,
« Por avoir en estez e la blie e le fruit ;
« Por le bon travailer avient joie e desduit,
« E por le mau repos grant daumaz s’aperçuit.

CCCCXI[3]

9490— A le nom Diex, biau frere », Oliver respondi,
« Ou te ploit, si nos maine, car bien en toi me fi. »
A icest point Bernars des autres les parti.

  1. — 9471 lentret — 9472 otaent — 9474 cascuns dans
  2. — 9481 apella
  3. — 9491 On.