Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9440« Ci a une citez qe nostre gient flagelle,
« Pres nos au treit d’un ars o d’une manganelle ;
« La jens qe dans habite sunt orgueilose e felle,
« Tot jors nos robe e tuelt au trençant de lamelle
« Tote cele vitaille qe nos vient vers Bordelle :
9445« Se ceste non prenez, jamais non avrois celle.
« Dit vos ai et contié trestot ma enquerelle.
« Ne soiez pais dotant, q’espoir en sainte Ancelle
« Qe a prendre la citiez ert bien la cose isnelle. »

CCCCVIII[1]

Bernars parle an requoi, a nos François divise :
9450« Seignors, conduit vos ai sol par iceste gise.
185 b« Por force e por enging e por grant maïstrise
« Ai vehu e cerché com la cité soit prise
« Qi tant a nostre gient e robé e maumise.
« Onques meis damoisele ne fu an tiel covotise
9455« De servir son amant, quant amor la justise,
« Com je ai qe la ville e la gient soit conquise.
« Se vos ceste prenez, par le cuer saint Donise,
« A cels de Pampaloine debrisez la camise ;
« N’avront pués contre vos defois ne garentise,
9460« Une nuit s’en fuiront sans candelabre enprise.
« Bien feit or qinçes jors n’ai feite autre requise
« Fors de prandre de Nobles la tor de piere bise.
« Condurai vos dedans, ce sachiez, sanz fantise,
« Qe n’i perdrois dou vestre valant une cerise.
9465« N’i a gient qi defande ni vos façe mesprise ;
186 a« A Panpaloine sunt : ce est nostre franchise. »
Quant les barons l’oïrent, cascuns d’aus s’en atise ;
Qi lor donast la nuet le quart de tote Frixe,
Ne vousisent il pais l’alee fust remise.

    — 9442 orgueilos — 9447 qespour — 9448 est bien

  1. — 9449 parla au — 9454 Ouques, conotise — 9456 qella uille — 9457 p̃uez — 9458 ramise corrigé en camise — 9460 candelebres.