Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9385Sonent cors e tambors e ferent grand hucees,
E verent lor François, lor targes enbraçees
184 aE les lances sor mains un petit abasees.
Asez se sunt les host d’anbe pars tastonees,
Mais n’i porent veoir vantage dos derees.
9390Maintes pieres agües lor hont Paiens rüees,
E François maintes lances lor ont treit e lancees.
Quant asez sont les ost d’ambes part agrevees,
Lors se partent ensanble, s’ont les cauces leisees ;
Maintes targes rumpues en unt ou els portees.

CCCCV[1]

9395En la ville entrerent la pute gient Tafure ;
A desarmer lor cors mestrent entante e cure.
François s’an tornerent la petite emblaüre ;
Quant furent desarmez, si fu la noit oscure.
Dedanz la rice tende, dun d’or fu l’orleüre,
9400Conterent a Carluns ou la fiere figure
Comant asalirent Paiens trosqu’en la mure
E de la maistre porte ont rumpue la penture.
Li rois respont irez et saint Donis en jure
Qe de Rollant prendra une venjance dure,
9405Car por son departir et sol por sa fature
A hoi de Pampalonie perdue la droiture.
Or lesomes de Carles, si feruns menteüre
Dou jentil cont Rollant, qe ne garde a mesure :
Comant il en port bleisme, segir veult sa nature.

CCCCVI[2]

9410La nuit chevalcherent Rollant et Oliver ;
Li duzes compagnons li furent et Ogier.

    — 9385 tãborns — 9387 petiz abases — 9388 tastones — 9390 ruces — 9391 treit e lances — 9392 daĩb p. — 9393 partirent

  1. — 9396 en tante cure — 9397 pitete.