Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9250Mout pleisi l’Augalie quant ha oïz le vers.
Lor sunt tot les fuans au retorner ofers ;
Trestoz le plus coars de bien ferir s’ahers.
Se Damediex n’en panse el barons saint Albers,
De Frans non estordrunt encui ni frans ni sers.

CCCXCVIII[1]

9255Quant se partent dou camp François et Carlemaigne,
N’i remist par dereire ni privez ni estragne.
Rois Balegant escrie a sa gient de Espaigne :
« Escunfiz sunt François et leisent la campaigne ;
« Alon les a ferir ; mal dehait qi s’en faigne ! »
9260Ja feïsent torner sor Cristïens l’ensaigne,
Quant Ysorez escrie : « Cristïens nos ençaigne ;
« Por Mahomet mon Diex, joste cele montaigne
« Derier cele foreste en sunt une compaigne,
« La masnie Rollant ou la cere grifaigne :
9265« Si conduir nos porunt pres aus en cele plaigne,
« Cels nos ferrunt darier, qe sunt mis en gaaigne.
« Se dereir les espales avient q’el nos ataigne,
182 b« Jameis in Pampeloine ne magnerons castagne.
« Encui cuident avoir la citez, qi s’en plaigne. »
9270Li rois et les baruns et li aut qevetaigne
Par icele parole n’a cil consoil nun praigne :
Ou melor se tienrent li grignors, q’il remaigne
Tot si com Ysorez lor araisne et ensaigne.
Cil consoil difandi une malvaise ovraigne,
9275Car le plus corajos de France et d’Alemaigne
Le jor par son voloire vousist estre en Bertaigne.

    — 9250 langalie — 9252 fuir sabers ; la correction est très douteuse. — 9253 Sa d.

  1. — 9255 partirent ; l’initiale du vers est I et la seconde lettre n ; le modèle, en marge, a un q. — 9256 dereire priuez — 9257 despaigne — 9259 Alon ses — 9266 ferirunt d. — 9267 qelu’ a taigne — 9270 li au’ qe ne caigne — 9272 cil remaigne.