Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Me su je ja vangez : si fera ge de ceste.
« Cest feluns traïtor a feit une moveste
9225« Por voloir qe je moire : ce sa je manifeste.
« Mout m’a renduz bon cange qe sui en sa conqeste
« E par lui honorer su je an peril d’estre
« Perdanz, moi e mes homes, ou de membre ou de teste.
« Par cil Diex q’en la cros sofri paine et moleste,
9230« N’ala si Galaaz por le Graal en queste
« Con je ferai par lui en plains et an foreste ;
« E ne lui vaudra mie de suen brant la poueste,
« Qe bien pis me tenroie d’une scorchie beste
« Si pandre ne le faiz ; si an soit q’en puet estre. »
9235Sallamons en apelle, que joste lui s’areste :
182 a« Ralions nostre gient, qe fuit come campestre ;
« Orandroit puis jurer sor la voire Mageste
« Qe mais non fuï tant cum tresist arbalestre.
« De ce prendrai venjance, se unqe mais port veste,
9240« E non lairai en vie un tot sol de sa jeste.
— Sire », dist Salemons, « mau dehait qi ce plestre ! »

CCCXCVII[1]

Irez fu l’enperere, coroçous et despers ;
Ses homes voit fuïr, s’an devient paile e pers.
Son olifant bondist, dunt tentisent desers.
9245Mais François s’an fuïrent, glatiscant come cers ;
Le plus ardiz de toz vousist estre as aubers.
Dunc percuet Balegant le lor partir divers.
« Arier », feit il, « tornuns, si lors mostrons li fers ;
« Aperceüs me sui sconfiz sunt cels culvers. »

    — 9223 Mesine ia naugez — 9224 moneste — 9227 sine en p. — 9228 on de m. on de t. — 9232 ponestre — 9235 apella — 9236 campeste — 9240 tosol ; la fin du vers depuis en vie est d’une seconde main — 9241 salemos mãdehait

  1. — 9245 cerf — 9246 nõ sit estre.