Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Vers les tendes tornerent, s’ont perdue lor vitoire.
Quant s’an apercuet Carles, par pué non s’en despoire,
9200Qe voit fuïr ses homes, q’uns ne veult remanoire
Por manaces que il face ne promisses d’avoire.
Se cil Sire n’en panse, qe maint et regne en glorie,
Daumaje i recevrunt nos Frans avant la soire.

CCCXCV[1]

181 bFrançois se sunt rompuz entr’aus meiesmemant
9205Por ce qe s’est partiz Rollant, le duc d’Anglant.
L’enperer, quant les voit, a pué d’ire ne fent ;
Il a gardez a destre, a suen arestemant,
Le cont Hue percuet, par mié l’escuz le prent.
« Par qoi », feit l’enperere, « s’an veit arier ma gient ? »
9210Le cont Hue se taist, ne respondi nïent.
Es vos quens Gaynelluns escriant fierement :
« Rois, panse de ta vie et de nos ensement,
« Car garpiz nos a hui le ton melor parent :
« Alez s’en est Rollant, dunc nun sas tu nïent ?
9215« Ainz més non fist baruns un si fol partiment.
« Je ne sai par qeil ovre o per qeil pensament
« Il s’an reveit en France sans ton comandemant.
— Est ce voir ? » feit le rois. — Oïl, par san Climent. »
Le rois si garde ariere, o l’orieflor resplent ;
9220Ne voit la gient ses niés ; a pué le cors n’i fent.

CCCXCVI[2]

Irez fu l’enperere e dist : « Par saint Silvestre,
« De ploisors grant outraje et ovres desoneste

    — 9203 uos

  1. — 9207 Illa, erestament — 9209 ma glent — 9211 Et uos — 9219 Le rois sa garde, resplẽdẽt
  2. — 9222 desonestre.